8 systèmes d’aides pour un micro-entrepreneur

En devenant micro-entrepreneur, vous êtes certainement conscient de vos obligations en matière de gestion financière, de charges sociales et fiscales. Mais sachez que vous avez également le droit d’être soutenu. Voici différentes sources d’aide qui peuvent vous aider à lancer votre projet.

L’aide aux créateurs et repreneurs d’entreprise (ACRE)

En tant que micro entrepreneur, vous pouvez bénéficier de l’aide aux créateurs et repreneurs d’entreprise (ACRE). Une demande doit être déposée à l’URSSAF dans les 45 jours suivant la création de votre micro-entreprise. Cependant, vous devez remplir au moins un des critères suivants :

  • Percevoir des allocations chômage
  • Être inscrit à Pôle emploi depuis plus de 6 mois sans percevoir d’allocations chômage
  • Percevoir une allocation de demandeur d’emploi (RSA, ASS ou ATA)
  • Bénéficier de la PreParE ou Prestation partagée d’éducation de l’enfant
  • Être âgé de plus de 18 ans
  • Être âgé de 29 ans ou moins et être titulaire d’un certificat d’invalidité
  • Avoir signé avec le CAPE (Contrat d’appui au projet d’entreprise)

Le contrat d’appui au projet d’entreprise (CAPE)

Le CAPE est une structure qui soutient les créateurs ou repreneurs d’entreprises. Il aide à monter, à structurer financièrement et à développer votre micro-entreprise grâce à des aides matérielles et financières. Cependant, pour la viabilité de votre projet, vous vous engagez à suivre un programme soit pour la création, soit pour la reprise d’une entreprise et sa gestion. Le programme dure 12 mois maximum, renouvelable à 2 reprises.

L’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE)

Vous pouvez continuer à percevoir des allocations chômage tout en étant indépendant. Il s’agit d’un filet de sécurité lorsque vous débutez votre activité et que vous n’êtes pas encore assuré d’un revenu régulier. Pour avoir droit à l’ARE, vous devez :

  • Déclarer être demandeur d’emploi auprès du Pôle Emploi
  • Avoir travaillé au moins 6 mois au cours des 24 derniers mois à compter de la fin de votre dernier contrat de travail
  • Actualiser chaque mois votre inscription sur le site de Pôle Emploi

L’aide pour la reprise et création d’entreprise (ARCE)

L’ARCE s’adresse spécifiquement aux personnes qui créent une nouvelle entreprise ou rachètent une entreprise existante. Dans ce système, les allocations chômage ne sont plus versées mensuellement, mais en deux fois. Vous disposez ainsi d’un capital pour lancer votre projet. Les conditions à remplir sont :

  • Être éligible pour les allocations de chômage ;
  • Avoir créé ou racheté votre entreprise après la fin de votre dernier contrat de travail.

La prime d’activité indépendante de la Caisse d’allocations familiales (CAF)

La prime d’activité est une aide financière de la CAF, destinée à soutenir les travailleurs à faibles revenus. Elle ne s’applique pas uniquement aux salariés à temps plein. Les indépendants peuvent également y avoir accès sous quelques conditions :

  • Être âgé de plus de 18 ans
  • Être de nationalité française, ressortissant de l’Espace économique européen, suisse ou titulaire du droit de travailler en France
  • Résider en France

Le système NACRE

Le dispositif NACRE vous aide grâce à un prêt de 1 000 à 8 000 €, sans intérêt, mais remboursable dans un délai de 5 ans. Vous pouvez ainsi démarrer votre entreprise et réaliser vos premiers investissements. Vous devez remplir l’une des conditions ci-après pour en bénéficier :

  • Être demandeur d’emploi tout en percevant des allocations de chômage
  • Être demandeur d’emploi inscrit depuis plus de 6 mois, sans percevoir d’allocations de chômage
  • Être âgé de plus de 18 ans
  • Être âgé de 29 ans ou moins et être titulaire d’un certificat d’invalidité
  • Être âgé de 50 ans ou plus et être inscrit à Pôle Emploi
  • Être créateur d’entreprise et percevoir une allocation de demandeur d’emploi (RSA, ASS ou ATA)
  • Être un salarié qui rachète une entreprise déclarée en faillite ou en liquidation
  • Avoir signé avec le CAPE (Contrat d’appui au projet d’entreprise)

Le « prêt d’honneur »

Le Prêt d’honneur est une bonne alternative au NACRE. Il vous permet d’emprunter des sommes allant de 2 000 à 50 000 € selon votre projet. Ce prêt est sans intérêt, mais doit cependant être combiné avec un prêt bancaire.
Pour ce faire, une demande doit être adressée directement auprès d’un prêteur qui propose un prêt d’honneur, comme Réseau Initiative France, BPI France ou Réseau Entreprendre. Votre dossier sera examiné et évalué par une commission.

L’aide aux créateurs d’entreprise en situation de handicap AGEFIPH

L’AGEFIPH est une association qui a pour but d’aider les personnes handicapées dans leur vie professionnelle. À ce titre, elle offre la possibilité d’accéder à des subventions d’un montant de 5 000 €.

Trois conditions doivent être remplies :

  • Être enregistré comme personne handicapée
  • Posséder le statut de chef d’entreprise
  • Fournir une caution personnelle d’au moins 1 500 €

Pour faire une demande, vous devez adresser les dossiers ci-après auprès du bureau régional de l’AGEFIPH :

  • Une présentation détaillée du projet comprenant la date de début des activités de la micro-entreprise, le statut juridique et l’adresse professionnelle
  • Une étude de marché
  • Un plan de financement détaillé présentant les besoins financiers et les dépenses de l’entreprise
  • La preuve de l’apport personnel
  • Vos coordonnées bancaires
  • Une promesse écrite de remboursement de la subvention en cas de cession de l’entreprise dans les 12 mois suivant sa création

Quel que soit votre domaine d’activité, la forme d’entreprise individuelle choisie ou vos conditions de vie, il y a forcément une aide adaptée à chaque situation. Il vous reste désormais à faire les démarches nécessaires pour en bénéficier.

Retour haut de page