Quels sont les pièges de la loi Pinel ?

Le dispositif de défiscalisation Pinel est très populaire en France. Il a réussi à séduire de nombreux investisseurs grâce à ses avantages qu’on ne présente plus. Cependant, qui dit investissement dit également risques. Il existe donc quelques pièges à éviter à tout prix pour profiter entièrement des avantages de ce dispositif.

Ne pas faire attention à l’emplacement du bien

L’achat d’un bien mal situé géographiquement est l’un des principaux pièges de la loi Pinel. Il est certes vrai que tout le monde aimerait avoir un logement en bordure de fleuve. Néanmoins, dans le dispositif Pinel, cela pourrait représenter un mauvais investissement.

Ne l’oubliez jamais, pour profiter de ce dispositif, vous devez investir dans un bien qui attire facilement des locataires. À titre d’exemple, il est inutile d’investir dans un studio situé dans une zone où les locataires recherchent des T3.

Pour éviter de tomber dans ce piège, il est alors recommandé d’investir dans des biens plutôt bien situés géographiquement. Votre bien peut être à proximité des commerces, des écoles, des universités, des transports, etc. Aussi, devriez-vous dénicher des locataires dans les délais prescrits par le dispositif.

Toutefois, il est important de rappeler que l’investissement immobilier avec le dispositif Pinel doit être effectué dans une zone éligible. Il s’agit des zones :

  • A : Île-de-France, Côte d’Azur, Lille, Marseille, Lyon et la région française de l’agglomération de Genève.
  • A bis : Paris et ses 29 communes environnantes
  • B1 : Toutes les métropoles ayant plus 250 000 habitants, la grande couronne parisienne et quelques communes avec des loyers élevés. À cela, s’ajoutent la Corse, les îles non reliées au continent et les départements d’Outre-mer.

Pour protéger votre investissement, il est important de faire des recherches pour en savoir plus sur la loi Pinel.

Ne pas bien évaluer le bien 

Depuis l’avènement du dispositif Pinel, les propriétaires ont pris l’habitude de surévaluer les biens à la vente. On retrouve des biens qui sont 30% au-dessus de leur valeur réelle. Pour éviter de faire un achat surévalué, il est recommandé de ne pas parler de votre stratégie au vendeur. Dans le cas contraire, vous aurez des difficultés à conduire la négociation.

Une astuce serait de faire croire au vendeur que vous acquérez le logement pour en faire une résidence principale.

Ne pas fixer un loyer raisonnable

La question du loyer occupe une place importante dans l’utilisation du dispositif Pinel. En effet, pour des soucis de rentabilité, vous avez tendance à fixer un loyer qui n’est pas en dessous de la moyenne. Cependant, vous êtes également menacé par le délai imposé par le dispositif pour trouver des locataires. Il n’est un secret pour personne, que les loyers bas permettent de vite trouver des locataires.

Pour éviter de tomber dans ce piège, prenez tous les renseignements et faites des prévisions avant d’investir dans le bien. Vous pouvez vous adresser aux gestionnaires immobiliers. De plus, n’oubliez pas que le dispositif Pinel a prévu un plafond pour le m² de loyer : 

  • A : 12.5 euros
  • A bis : 16.83 euros
  • B1 : 10.07 euros

Ne pas comparer les offres de prêt

Très peu de personnes sont capables d’investir avec leur propre capital. Alors, l’emprunt est presque systématique. D’ailleurs, l’emprunt est recommandé quand on prend en compte les taux d’intérêt bas pratiqués sur le marché. Pour cela, il est recommandé de sortir de votre banque et de voir ce que proposent les autres banques. 

Pour vous, c’est le parfait moment pour faire jouer la concurrence en sollicitant de nombreux organismes. Vous pouvez aussi faire appel à un courtier qui se chargera de vous dénicher les meilleures offres sur le marché.

Il est aussi important de vous assurer d’être en mesure de faire face à vos mensualités. Pour cela, vous devez prévoir un montant approximatif des loyers et les charges locatives.

Retour haut de page